Rapport trimestriel Ivy | Placements Mackenzie

Rapport trimestriel Ivy

Faits saillants de l'édition du premier trimestre


Les fruits de la patience

En commençant à rebondir à peu près au moment même où le père Noël faisait sa tournée de cadeaux, le marché a apporté aux investisseurs un répit essentiel au lieu de leur donner l'impression que le marché subissait une autre correction. Un trimestre plus tard, quelques investisseurs ont certes profité de la reprise qui a suivi. Par exemple, une stratégie ambitieuse aurait permis d'empocher un énorme bénéfice en l'espace de moins de trois mois! Qu'en est-il? Pourquoi Ivy ne s'est il pas lancé dans de folles dépenses en puisant dans ses liquidités?

Ivy Quarterly map

Pour répondre simplement à cette question, disons que c'est en raison des valorisations. Pour les fonds qui, comme Ivy, se consacrent méthodiquement à la croissance des portefeuilles, les valorisations restent trop élevées, même après avoir subi des baisses dans les deux chiffres. Et pour apporter à la question une réponse plus approfondie, c'est surtout en raison de notre évaluation des valorisations. La plupart des valorisations étaient trop élevées compte tenu de la viabilité de l'avantage concurrentiel des titres : les bilans de ces autres entreprises ne justifiaient tout simplement pas même leurs valorisations (en baisse) à la fin du quatrième trimestre!

Nous ne nous contentons surtout pas de fonder ce jugement sur notre opinion. Notre analyse du ratio cours/ventes (C/V), qui a baissé, laissait simplement entendre qu'il ne s'agissait pas d'une vraie bonne occasion d'acheter. Ce n'est pas parce que des valorisations obscènes deviennent seulement outrancières qu'elles créent subitement des occasions d'acheter.

Il y a des facteurs plus importants à considérer. Personne n'aurait prédit que les propos du président de la Fed, Jerome Powell, qui prône la patience avant de relever les taux d'intérêt, auraient déclenché une envolée des marchés. Nous laisserons aux érudits le soin de décider ce qui se serait produit s'il n'avait rien déclaré, ou pis encore, s'il avait évoqué un relèvement des taux ou un nouveau durcissement de la politique monétaire. (Les avis sont unanimes : ces deux éventualités auraient été inconcevables.)

Puisque le système financier s'est endetté de 250 000 milliards de dollars (US) — en tenant compte de la dette souveraine, de la dette des sociétés et de la dette des ménages —, nous devrions lui être reconnaissants de sa patience. Le PIB mondial devrait atteindre 90 000 milliards de dollars (US) en 2019, ce qui porte le ratio dette/PIB du monde entier  à 277 %. Et celle progression échevelée ne semble vouloir connaître aucune limite. Mais il serait prématuré de sanctifier Jerome Powell d'après cette seule statistique.

C'est ce type de curiosité qui règle les marchés depuis trop longtemps. Après 10 années de hausse sans précédent des marchés, il suffit de l'intervention rapide d'un banquier central pour que tout aille pour le mieux. La Fed ne laissera jamais le pire se produire. Il faut maintenir les multiples à tout prix! Oublions les fondamentaux. L'inflation est un bienfait. La déflation est un méfait. La baisse des taux est stimulante.

À des époques comme celles que nous connaissons, il est utile de se pencher résolument — et même obstinément — sur les fondamentaux. On peut ainsi s'assurer que les décisions sont fondées sur des facteurs internes plus prévisibles, plutôt que sur des facteurs externes capricieux. Il n'y a rien de mal à reprendre des méthodes qui ont fait leurs preuves et qui pérennisent des rendements composés de 5 % à 10 % sur 5 ans, 10 ans, et même 15 ans. On pourrait même, sur un coup de tête, renoncer à la prudence pour progresser plus rapidement. Avec un peu de recul, cette décision aurait été une bonne idée. Or, une remontée fondée sur le discours d'un banquier central n'est pas viable.

Il existe, dans la course automobile, un truisme qui s'applique aux placements : pour finir bon premier, il faut d'abord se rendre au fil d'arrivée. Cette vérité insiste sur l'importance de maîtriser tous les facteurs qui augmentent la probabilité de se rendre au fil d'arrivée. Autrement dit, il faut préférer la fiabilité au hasard. L'endurance l'emporte sur la puissance brute. Il est préférable de maîtriser toutes les conditions, au lieu d'être assez adroit pour en maîtriser une seule. En définitive, tout l'art consiste à rester dans la course pendant encore longtemps.

Nous vous invitons à lire le commentaire complet pour un aperçu du premier trimestre et un pronostic sur le deuxième trimestre.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d'investir. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire.

Le contenu de cette page (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d'offre d'achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d'assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation.

Ce document renferme des renseignements prospectifs reposant sur des prédictions pour l'avenir au 31 décembre 2018. Nous ne mettrons pas nécessairement à jour ces renseignements en fonction de changements survenus après cette date. Les risques et incertitudes peuvent souvent amener les résultats réels à différer de manière importante des renseignements prospectifs ou des attentes. Parmi ces risques, notons entre autres des changements ou la volatilité dans les conditions économiques et politiques, les marchés des valeurs mobilières, les taux d'intérêt et de change, la concurrence, les marchés boursiers, la technologie, la loi ou lorsque des événements catastrophiques surviennent. Ne vous fiez pas indûment aux renseignements prospectifs. Par ailleurs, toute déclaration à l'égard de sociétés ne constitue pas une promotion ou une recommandation d'achat ou de vente d'un titre quelconque.