Commentaire 1T 2019 – Équipe Mackenzie Cundill | Placements Mackenzie

Commentaire 1T 2019

Équipe Mackenzie Cundill

Tour d’horizon du marché, perspectives et stratégie

  • Les marchés boursiers ont connu une bonne reprise pendant le premier trimestre depuis des niveaux déprimés en décembre. Le dégagement en novembre et en décembre a été excessif, en raison de préoccupations liées à la croissance mondiale. Pendant le trimestre, une Réserve américaine plus conciliante et certaines indications positives de progrès dans les pourparlers commerciaux ont favorisé l’optimisme des investisseurs.
  • La Chine reste le principal moteur de l’économie mondiale, mais son économie a ralenti au cours de la dernière année en raison du resserrement du crédit et des préoccupations relatives à une guerre commerciale touchant les intentions de dépenses et d’investissement. Nous croyons qu’il est probable que la Banque centrale chinoise baisse les taux pour soutenir l’économie. Les prix des logements se sont améliorés dernièrement, et la construction de surface habitable est en hausse par rapport à l’année précédente en date de février (données les plus récentes). Les dépenses de consommation haut de gamme en particulier continuent d’être solides. La croissance des ventes de détail se rapproche de 8 % (données de février). La croissance du crédit s’est aussi améliorée en mars. Dans l’ensemble, nous croyons que des signes d’amélioration peuvent être observés en Chine.
  • Même si des progrès semblent avoir été réalisés, une entente commerciale exhaustive entre la Chine et les États-Unis ne semble pas imminente. Les deux économies ralentissent en raison de préoccupations relatives au commerce. Les deux côtés cherchent à déclarer victoire pour leur public national. Ainsi, l’entente qui sera conclue devra permettre aux deux côtés de déclarer victoire. Les questions difficiles à régler comprennent la protection de la propriété intellectuelle et les exigences de transfert de technologie.
  • Au Royaume-Uni, la date limite du Brexit du 29 mars est passée sans entente ni retrait à l’heure actuelle. La date limite a été prolongée après le rejet par le Parlement britannique de l’entente de divorce négociée par Theresa May avec l’UE. Entre-temps, l’économie du Royaume-Uni a ralenti, possiblement en partie en raison de l’incertitude causée par le débat du Brexit. L’indice des directeurs d’achats pour le secteur des services du Royaume-Uni a reculé sous 50 pour la première fois depuis 2016. Au moment d’écrire ce commentaire, Theresa May tente d’obtenir un compromis avec ses ennemis politiques au pays à propos d’une union douanière post-Brexit avec l’UE. Madame May a obtenu une prolongation du Brexit jusqu’au 31 octobre lors de la réunion du Conseil européen à Bruxelles le 10 avril, qu’elle doit maintenant vendre à son parlement.
  • Lors de sa plus récente rencontre, la BCE a gardé son taux de refinancement repère à zéro et son taux de dépôt à -0,4 %. Le conseil a indiqué qu’il garderait les coûts d’emprunt officiels inchangés pour la région « au moins jusqu’à la fin de 2019 ». La BCE se préoccupe de la faiblesse économique, mais estime que la possibilité d’une récession est faible. De fait, les plus récentes données pour la zone euro brossent un tableau plus positif de stabilisation économique. La production industrielle en France et en Italie a augmenté contre toute attente en février. Les ventes de détail dans la zone euro ont augmenté plus rapidement que prévu en février.
  • Au Japon, les plans de dépenses en capital des sociétés pour les trois premiers mois de 2019 ont diminué, ce qui n’est pas surprenant en raison de la proximité du Japon avec la Chine et de son rôle en tant que fournisseur de composants et d’équipement pour le secteur manufacturier chinois. L’optimisme des consommateurs au Japon a aussi reculé à son plus faible niveau depuis 2016. Le secteur des services s’est toutefois maintenu en mars, avec l’indice des directeurs d’achats pour les services affichant toujours une croissance. L’économie japonaise devrait s’améliorer avec la conclusion d’une entente Chine-États-Uni et l’amélioration du sentiment. Le marché boursier a tiré de l’arrière par rapport aux autres marchés développés depuis le début de l’année et présente, selon nous, des occasions de valeur intéressantes.
  • Pour ce qui est du Canada, malgré les vents contraires apportés par l’ALENA, un ralentissement des ventes de maisons et un environnement toujours faible pour les produits de base, l’économie canadienne a réussi à afficher une légère croissance de son PIB jusqu’à présent cette année. La courbe de rendement s’est temporairement inversée en mars, toutefois, et le marché du travail a affiché sa première baisse en sept mois. L’histoire SNC-Lavalin a créé beaucoup de discorde au sein du gouvernement libéral et plus d’incertitudes devraient résulter de l’élection fédérale plus tard cet automne. Pour ces raisons, nous sommes moins optimistes pour le Canada que d’autres régions du monde.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les taux de rendement indiqués correspondent au rendement annuel composé historique total au 31 mars 2019 et tiennent compte des variations de la valeur unitaire et du réinvestissement de toutes les distributions, exclusion faite des frais d’acquisition, frais de rachat, frais de distribution, autres frais accessoires ou impôts sur le revenu payables par tout investisseur et qui auraient réduit le rendement. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire.

Le rendement de l’indice ne tient pas compte de l’incidence des frais, commissions et charges payables par les investisseurs dans des produits de placement qui cherchent à reproduire un indice.

Ce document renferme des renseignements prospectifs reposant sur des prédictions pour l’avenir au 31 mars 2019.

Nous ne mettrons pas nécessairement à jour ces renseignements en fonction de changements parvenus après cette date. Les risques et incertitudes peuvent souvent amener les résultats réels à différer de manière importante des renseignements prospectifs ou des attentes. Parmi ces risques, notons, entre autres, des changements ou la volatilité dans les conditions économiques et politiques, les marchés des valeurs mobilières, les taux d’intérêt et de change, la concurrence, les marchés boursiers, la technologie, la loi ou lorsque des événements catastrophiques surviennent. Ne vous fiez pas indûment aux renseignements prospectifs. Par ailleurs, toute déclaration à l’égard de sociétés ne constitue pas une promotion ou une recommandation d’achat ou de vente d’un titre quelconque.

Le contenu de ce commentaire (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation