Commentaire 4T 2018 – Équipe Mackenzie Cundill | Placements Mackenzie

Commentaire 4T 2018

Équipe Mackenzie Cundill

Tour d’horizon du marché, perspectives et stratégie

  • En 2018, la performance des marchés mondiaux a été tumultueuse, dominée par de la volatilité au premier et au quatrième trimestres. L’année a débuté avec des préoccupations relatives aux tarifs de Trump sur les importations d’aluminium et d’acier, des tensions avec la Corée du Nord et des inquiétudes croissantes relatives au commerce entre la Chine et les États-Unis, ainsi que la crainte d’une erreur de politique par la Réserve fédérale. Le tout a culminé en une panique de sortie des actifs à risque pendant le quatrième trimestre.
  • La disparition de l’appétit pour le risque et les ventes à perte à des fins fiscales dans les marchés au quatrième trimestre particulièrement de titres des fonds Cundill peut se comparer à tenter de submerger un ballon sous l’eau. Lorsque la pression retombe et les actions commencent de nouveau à tenir compte des données fondamentales, le ballon ressort de l’eau, comme l’a démontré la surperformance importante des fonds Cundill pendant les premières semaines de la nouvelle année, qui a permis de récupérer une bonne partie de la performance décevante du quatrième trimestre.
  • Le quatrième trimestre a été caractérisé par les inquiétudes, la panique et la capitulation des investisseurs. La panique a engouffré de nombreux secteurs cycliques, dont l’énergie et les services financiers, qui sont surpondérés dans nos portefeuilles. La pression de vente a été aggravée par les ventes techniques et algorithmiques, ainsi que les ventes à découvert, particulièrement dans le secteur de l’énergie. Le tout s’est produit dans un contexte de préoccupations liées à la guerre commerciale, aux données économiques relativement faibles et à une inversion du segment de 2 à 5 ans de la courbe de rendements des obligations du gouvernement américain. Par conséquent, l’appétit pour le risque dans les marchés est disparu de façon soudaine et dramatique. Les actions à valeur fondamentale, qui se négocient à des rabais substantiels par rapport à leur valeur intrinsèque parce qu’elles ont tendance à être à différentes étapes d’amélioration opérationnelle, de réduction du levier financier, de redressement ou de restructuration d’entreprise, ont été abandonnées sans discernement par le marché, car l’appétit du marché pour le risque a frappé par de la turbulence.
  • Dans un tel scénario, les actions que détient l’équipe Mackenzie Cundill n’ont pas obtenu de bons résultats à court terme, car les « nouvelles notations » exigent temps et exécution. Au moment d’écrire le présent commentaire, nous avons assez de recul pour pouvoir étudier la situation et constater que les ventes massives ont été exagérées, car les fonds Cundill ont récupéré leur rendement absolu et relatif au début de janvier.
  • La croissance de pays comme la Chine, l’Allemagne et l’Italie a ralenti récemment. Pour ce qui est de la Chine, l’économie devient de plus en plus centrée sur les consommateurs et les dépenses de consommation connaissent toujours une croissance d’un peu moins de dix pour cent. Le gouvernement chinois envisage actuellement des mesures de stimulation budgétaire, dont des baisses d’impôt, pour contrecarrer la faiblesse dans l’économie liée à la guerre commerciale. De plus, la banque centrale réduit le ratio des réserves obligatoires depuis le milieu de 2018 afin d’améliorer les conditions financières. En Allemagne, nous croyons que la faiblesse est surtout liée aux retards de production en usine causés par la procédure d’essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et les véhicules utilitaires légers. Les exigences de cette procédure ont nettement retardé la production d’automobiles, mais le problème est temporaire. Lorsque les procédures de test auront rattrapé leur retard, la production de véhicules devrait se normaliser. Pour ce qui est de l’Italie, le gouvernement nouvellement élu a finalement conclu une entente budgétaire avec Bruxelles pour éviter les sanctions de l’Union européenne après une dispute de plusieurs mois.
  • Au Royaume-Uni, au moment d’écrire ces lignes, le Parlement a rejeté l’entente Brexit négociée par Theresa May. Toutefois, Theresa May a survécu à une motion de censure et conserve son poste de première ministre. À ce stade, madame May pourrait tenter de modifier légèrement l’entente pour la faire approuver ultérieurement, elle ou son parlement pourraient demander une prolongation de l’Article 50 au-delà de la date limite initiale du 29 mars, annuler l’Article 50 ou même organiser un deuxième référendum. Toutefois, le risque d’un Brexit sans entente est très faible, car une telle situation ferait du tort tant à l’Union européenne qu’au Royaume-Uni. Nos portefeuilles comptent de petites expositions à la livre sterling. De plus, nos titres britanniques sont des sociétés mondiales avec d’importantes activités à l’extérieur de leur pays d’origine.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les taux de rendement indiqués correspondent au rendement annuel composé historique total au 31 décembre 2018 et tiennent compte des variations de la valeur unitaire et du réinvestissement de toutes les distributions, exclusion faite des frais d’acquisition, frais de rachat, frais de distribution, autres frais accessoires ou impôts sur le revenu payables par tout investisseur et qui auraient réduit le rendement. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire.

Le rendement de l’indice ne tient pas compte de l’incidence des frais, commissions et charges payables par les investisseurs dans des produits de placement qui cherchent à reproduire un indice.

Ce document renferme des renseignements prospectifs fondés sur des prévisions d’événements futurs au 31 décembre 2018. Nous ne mettrons pas nécessairement à jour ces renseignements en fonction de changements parvenus après cette date. Les risques et incertitudes peuvent souvent amener les résultats réels à différer de manière importante des renseignements prospectifs ou des attentes. Parmi ces risques, notons, entre autres, des changements ou la volatilité dans les conditions économiques et politiques, les marchés des valeurs mobilières, les taux d’intérêt et de change, la concurrence, les marchés boursiers, la technologie, la loi ou lorsque des événements catastrophiques surviennent. Ne vous fiez pas indûment aux renseignements prospectifs. Par ailleurs, toute déclaration à l’égard de sociétés ne constitue pas une promotion ou une recommandation d’achat ou de vente d’un titre quelconque.

Le contenu de ce commentaire (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation.