Commentaire 4T 2018 – Équipe Mackenzie Ivy | Placements Mackenzie

Commentaire 4T 2018

Équipe Mackenzie Ivy

Tour d’horizon du marché

  • La volatilité a effectué un retour dans les marchés boursiers mondiaux au quatrième trimestre, avec un recul initial des valeurs du marché en octobre, suivi d’un autre en décembre. Pendant le trimestre, l’indice composé TSX et l’indice MSCI Monde ont généré des rendements négatifs.
  • Même si le recul du marché au quatrième trimestre a certainement été important et le reflet de nombreux risques en jeu dans le marché actuel, il est encore trop tôt pour savoir s’il représente un signe avant-coureur de ce qui s’en vient ou une pause pour un marché haussier alimenté par des liquidités. Nous continuons de positionner nos fonds, comme toujours, en investissant soigneusement dans un portefeuille diversifié de sociétés de grande qualité à prix raisonnables afin de pouvoir participer à la croissance à long terme du marché tout en protégeant le capital de nos clients en périodes de volatilité.

Perspectives et stratégie

Quelles occasions clés pouvez-vous observer?

  • Nos titres en portefeuille américains se sont assez bien maintenus pendant la première ronde de volatilité en octobre, mais n’ont pas été épargnés lors du recul de décembre. Certaines sociétés ont publié des résultats et certains titres qui ne figurent pas au portefeuille comme Federal Express et Apple ont souligné de la faiblesse économique, tandis que certains titres en portefeuille comme Nike ont souligné une demande solide et produit des résultats solides. Il existe une pression sur les coûts aux États-Unis en particulier qui gêne la capacité de la demande solide de se transformer en résultats. Il n’y a pas eu d’activités importantes au cours du trimestre, même si nous avons réduit notre position dans Oracle, malgré des résultats conformes aux attentes, car le rythme de rachats d’actions nous préoccupe quelque peu. Nous avons toujours été réconfortés par l’importante position nette en espèces au bilan d’Oracle et voir cette position se transformer en dette nette lorsque la société est toujours en transition augmente la gamme de résultats potentiels et justifie une plus petite pondération. Nous avons accru la pondération d’UPS en raison de préoccupations relatives à la croissance qui ont frappé ce que nous estimons être un titre dont l’évaluation est déjà attrayante, même si nous sommes d’accord qu’en cas de récession, le titre reculerait probablement autant ou plus que le marché. Nous ne saurons pas si les problèmes de croissance de Federal Express sont particuliers à la société jusqu’à ce que UPS publie ses résultats à la fin de janvier et nous ne connaissons pas les coûts associés à une saison de pointe solide causés par des dépenses plus élevées. Il semble que de nouveaux investissements de capitaux ont aidé et nous nous attendons à observer un rendement du réseau plus efficient à l’avenir, tandis que UPS œuvre à mettre son réseau à niveau.
  • Le faible environnement au quatrième trimestre a entraîné certaines occasions intéressantes d’acheter des actions de grande qualité à des cours que nous estimons attrayants, et nous avons ajouté quatre nouveaux titres européens aux fonds au cours des trois derniers mois. Le premier est Husqvarna, un fabricant suédois de scies à chaîne, de coupe-bordures, de robots tondeuses, de matériel pour jardins de marque Gardena et autres produits connexes. Husqvarna éprouve des difficultés aux États-Unis depuis un certain temps, ce qui a masqué une performance en Europe et ailleurs très bonne et en amélioration. La société a récemment décidé de se retirer d’une grande partie de ses affaires aux États-Unis, ce qui a entraîné des perturbations à court terme, mais nous croyons qu’il s’agit d’une étape positive à long terme. Le cours de l’action a réagi de façon négative à ces difficultés à court terme, qui ont créé une occasion pour les investisseurs avec une perspective à long terme. Husqvana est maintenant un titre en portefeuille du Fonds Ivy européen.
  • DCC est un nouvel ajout à la Catégorie Ivy Européen et au Fonds international Ivy. DCC œuvre principalement dans la distribution de propane (GPL) et les stations-service. La société n’est pas nécessairement attrayante à première vue, mais sa qualité réside dans sa philosophie de gestion qui lui permet d’exceller au moment d’acquérir et d’exploiter des sociétés à l’aide d’une approche de rendement du capital solide. Le tout a permis à la société d’obtenir des antécédents à long terme remarquables, qui, selon nous, peuvent être maintenus.
  • Pour le Fonds canadien Ivy, l’équipe a ajouté de nouvelles positions dans CCL Industries et TransCanada Corp, tout en augmentant nettement les positions existantes dans EnCana et Premium Brands. Nous avons aussi, de façon opportuniste, éliminé nos positions dans Procter & Gamble et Omnicom.
  • CCL Industries est une société d’envergure mondiale spécialisée dans l’emballage et le plus important fabricant d’étiquettes au monde. La force de CCL est sa capacité d’offrir des produits innovateurs, fiables et sûrs aux chaînes de production mondiales, en tant que fournisseur accrédité unique. CCL offre ses services aux plus grands consommateurs mondiaux dans les secteurs des biens de consommation, des soins de santé, des produits électroniques, de l’automobile et du détail, ce qui lui confère une exposition à plusieurs marchés finaux défensifs. Nous admirons CCL depuis longtemps, mais nous avons dû être patients et attendre jusqu’à ce que les multiples d’évaluation deviennent assez attrayants pour que nous puissions investir. Le cours de l’action a subi une correction pendant le deuxième semestre de 2018 en raison des coûts élevés des entrants, le polymère, et du pessimisme général dans les marchés – que nous considérons tous deux temporaires. Avec le temps, nous croyons que CCL tirera parti de son importante portée mondiale, de ses relations solides avec ses clients, de son expertise en fabrication et de ses avantages en science des matériaux pour offrir des solutions d’étiquetage innovatrices de grande qualité. Nous nous attendons à ce que CCL se serve de son profil financier solide pour méthodiquement réinvestir dans ses activités de base, effectuer des acquisitions stratégiques, accroître sa portée et ses capacités de fabrication, et tirer avantage des tendances vers la sophistication de l’emballage et de l’étiquetage. Nous estimons que le tout devrait soutenir une croissance interne et un rendement du capital solides, ce qui se traduira en une performance du cours de l’action supérieure à la moyenne.
  • TransCanada développe et exploite des pipelines de pétrole et gaz, et la plus grande partie de ses recettes provient du transport du gaz naturel. La société exploite l’un des plus importants réseaux de pipelines en Amérique du Nord et transporte au total 25 % de l’offre continentale dans son système, aussi connu sous le nom de pipeline pétrolier Keystone. Le réseau est concentré dans deux des régions de pétrole à plus faibles coûts en Amérique du Nord, ce qui, selon nous, soutiendra la croissance future par le biais d’une croissance de la production continue et de la demande résultante pour la capacité du pipeline. Les flux de trésorerie récurrents et stables de la société sont soutenus par des contrats d’achats fermes à long terme négociés avant la construction afin d’obtenir des rendements cibles ajustés au risque attrayants sans subir des risques importants liés aux prix des produits de base ou au volume. Même si TransCanada accuse un retard important dans des projets d’expansion, un risque clé pour notre thèse d’investissement est l’objection sociale croissante soulevée par le développement de pipelines. Le risque est en partie compensé par la participation de TransCanada à des projets de gaz naturel moins controversés et à la demande pour le gaz naturel en hausse partout en Amérique du Nord.
  • Depuis la fin de 2016, les rendements obligataires à long terme en hausse ont entraîné le multiple d’évaluation de TransCanada en baisse de façon semblable au creux atteint en 2009 et nettement en deçà du multiple moyen ajusté au taux d’intérêt historique, ce qui nous a fourni une occasion de faire l’acquisition d’une société de grande qualité en croissance avec une marge de sécurité attrayante.

Quels sont les principaux risques qui doivent être gérés?

  • Faire preuve de prudence pour ce qui est des prix a été particulièrement utile cette année, car nous avons ainsi réduit de façon importante ou éliminé nos positions Sonova, Rotork et TGS Nopec Geophysical, qui ont toutes subi des corrections sévères au quatrième trimestre après avoir enregistré des gains solides au début de l’année. Lorsque nous vendons des positions en raison de prix élevés, nous ne le faisons pas parce que nous nous attendons à ce que les prix baissent prochainement. Plutôt, les prix élevés nous signalent que les rendements que nous pouvons nous attendre à obtenir en détenant ces titres au cours des quelques années à venir sont faibles et qu’il existe un risque élevé de correction des prix. Le fait que ces actions ont reculé peu de temps après que nous les avons vendus était seulement un coup de chance, mais il s’agit d’un bon exemple de la façon dont être attentif aux prix peut être récompensé lorsque l’environnement du marché devient soudainement réfractaire au risque.
  • En plus de raisons liées aux cours, nous vendons à l’occasion des titres lorsque nous estimons que la thèse d’investissement originale a changé et que la société ne respecte plus nos critères de qualité. Tel a été le cas pour Nokian Renkaat, un titre en portefeuille du Fonds Ivy européen depuis 2014. Nokian se spécialise dans les pneus d’hiver, et a beaucoup rapporté pendant de nombreuses années. Nous sommes devenus de plus en plus préoccupés par les développements de l’industrie à long terme, ainsi que par les changements à la stratégie de Nokian, alors nous avons vendu le titre en octobre.
  • Ivy possède de longs antécédents d’investissement prudent, et nous inquiéter fait partie intégrante de notre ADN. Nous tentons d’être prudents avec les sociétés que nous achetons, d’être prudents avec les prix que nous payons pour ces sociétés, et détenons parfois des espèces lorsque les prix semblent excessifs. Parfois, comme en 2017, être ainsi prudent a nui aux rendements à court terme. Par contre, être prudent a été récompensé en 2018, particulièrement au quatrième trimestre.
  • En ce début de 2019, nous continuons de croire que la croissance cyclique reste trop chère en moyenne et nous observons des éléments spéculatifs continus en technologie. Il est difficile de savoir combien de nouveaux modèles opérationnels dans le monde de la technologie pour les consommateurs et les sociétés sont viables étant donné un contexte pour obtenir des fonds tellement généreux, mais une croissance plus faible, des taux de rabais plus élevés et simplement une baisse de l’appétit pour le risque pourraient permettre de dévoiler la réponse prochainement.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les taux de rendement indiqués correspondent au rendement annuel composé historique total au 31 décembre 2017 et tiennent compte des variations de la valeur unitaire et du réinvestissement de toutes les distributions, exclusion faite des frais d’acquisition, frais de rachat, frais de distribution, autres frais accessoires ou impôts sur le revenu payables par tout investisseur et qui auraient réduit le rendement. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion , et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les taux de rendement indiqués correspondent au rendement annuel composé historique total au 31 décembre 2018 et tiennent compte des variations de la valeur unitaire et du réinvestissement de toutes les distributions, exclusion faite des frais d’acquisition, frais de rachat, frais de distribution, autres frais accessoires ou impôts sur le revenu payables par tout investisseur et qui auraient réduit le rendement. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire.

Le rendement de l’indice ne tient pas compte de l’incidence des frais, commissions et charges payables par les investisseurs dans des produits de placement qui cherchent à reproduire un indice.

Ce document renferme des renseignements prospectifs fondés sur des prévisions d’événements futurs au 31 décembre 2018. Nous ne mettrons pas nécessairement à jour ces renseignements en fonction de changements parvenus après cette date. Les risques et incertitudes peuvent souvent amener les résultats réels à différer de manière importante des renseignements prospectifs ou des attentes. Parmi ces risques, notons, entre autres, des changements ou la volatilité dans les conditions économiques et politiques, les marchés des valeurs mobilières, les taux d’intérêt et de change, la concurrence, les marchés boursiers, la technologie, la loi ou lorsque des événements catastrophiques surviennent. Ne vous fiez pas indûment aux renseignements prospectifs. Par ailleurs, toute déclaration à l’égard de sociétés ne constitue pas une promotion ou une recommandation d’achat ou de vente d’un titre quelconque.

Le contenu de ce commentaire (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des , produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation.

Le 14 août 2014, Mackenzie a modifié les stratégies de placement du Fonds canadien équilibré Mackenzie Ivy pour préciser sa capacité d’allouer ses actifs entre les actions et les titres à revenu fixe, et Alain Bergeron a assumé la responsabilité de la répartition des actifs du fonds.

Le 14 août 2014, Mackenzie a modifié les stratégies de placement du Fonds mondial équilibré Mackenzie Ivy pour préciser sa capacité d’allouer ses actifs entre les actions et les titres à revenu fixe, et Alain Bergeron a assumé la responsabilité de la répartition des actifs du fonds.

Le 15 mai 2001, le Fonds  mondial équilibré Mackenzie Ivy a modifié son mandat de façon à ce que celui-ci ne recherche plus la croissance du capital à long terme, tout en assurant la préservation du capital, grâce à des placements dans des sociétés à forte capitalisation, des titres dont la cote de placement est supérieure à la moyenne, des titres garantis par l'État, des quasi-espèces et des instruments axés sur l'or mais plutôt qu'il recherche une croissance du capital en maintenant un équilibre entre le revenu courant et la plus-value en capital. Ses placements visent aujourd'hui les titres de sociétés qui exercent leurs activités à l'échelle mondiale ainsi que des obligations d'État et des obligations de société de par le monde. Les gestionnaires de portefeuille disposent d'une souplesse quant à la proportion d'actions et de titres à revenu fixe qui leur semble adéquate. Le fonds est toutefois en général équilibré. Les anciennes stratégies du Fonds constituaient par ailleurs à effectuer des placements ciblant six régions géographiques précises. Le rendement antérieur a été obtenu dans le cadre des objectifs et stratégies précédents.