Commentaire 3T 2017 – Équipe des ressources Mackenzie | Placements Mackenzie

Commentaire 3T 2017

Équipe des ressources Mackenzie

Faits saillants

  • Le nombre de pays contribuant à l’expansion économique mondiale actuelle atteint des niveaux inédits depuis le milieu des années 2000. La hausse de l’indice PMI et d’autres principaux indicateurs vient confirmer les premiers signes indiquant que l’économie mondiale a atteint un point où la croissance des dépenses en capital est durable.
  • Les cours des produits de base, en particulier l’acier, le bois d’œuvre, le cuivre, l’aluminium et de nombreux métaux secondaires, se maintiennent à un niveau élevé grâce à la forte demande mondiale. À l’instar des cycles antérieurs, l’adéquation entre l’offre et la demande sera mise à l’épreuve après plusieurs années de sous-investissement. Pour 2018, nous nous attendons à ce que la majorité des produits de base affichent un déficit de l’offre, ce qui permettra de soutenir les cours.
  • Nous estimons que le marché pétrolier connaît un déficit substantiel, quoique sous-apprécié, les stocks régressant rapidement vers des niveaux normalisés à long terme. Alors que les cours de la plupart des produits de base ont tendance à évoluer en fonction des stocks (stocks en baisse, cours en hausse), les cours pétroliers semblent ralentis par d’autres facteurs. Nous soupçonnons que la croissance de la volatilité du revenu explique en partie ce phénomène. En conséquence, nous estimons que le marché attendra que les stocks pétroliers atteignent des niveaux moins élevés que d’habitude avant de réagir avec un raffermissement des cours, ce qui devrait se produire sans doute au cours des prochains trimestres.

Tour d’horizon du marché

  • En l’absence de nuages noirs à l’horizon, les gestionnaires de portefeuille estiment que l’économie mondiale amorce le dernier tiers de son cycle d’expansion. L’économie ne laisse entrevoir aucun signe annonciateur de fin de cycle. Plus précisément, la croissance des salaires n’a pas connu d’accélération notable, la courbe des rendements ne s’est pas inversée et les indices de consommation à l’échelle mondiale (notamment les secteurs automobile et immobilier) n’ont pas atteint leur sommet et, plus important encore, l’inflation demeure jugulée.
  • Les taux d’intérêt réels (soit les taux nominaux ajustés de l’inflation) se sont légèrement accrus tout en s’établissant dans une fourchette très étroite de zéro à 50 points de base, les hausses modestes des rendements des obligations gouvernementales à long terme ayant été compensées par des taux d’inflation stables mais faibles. Nous demeurons d’avis que les banques centrales préféreront pécher par excès de prudence en ce qui a trait à la hausse des taux nominaux et que les taux à long terme devraient augmenter lentement, plus ou moins au même rythme que l’inflation. L’or demeure néanmoins une bonne assurance contre tout mouvement désynchronisé, que ce soit une accélération de l’inflation ou le maintien de taux faibles.

Perspectives et stratégie

  • Après plusieurs années de discipline imposée sur le plan des dépenses en capital, on voit poindre une pénurie de projets de grande envergure dans le secteur des ressources, et ce, justement alors que la demande se raffermit. Il est à prévoir qu’en 2018 la plupart des produits de base afficheront un déficit de l’offre, ce qui devrait stabiliser les cours.
  • Nous estimons que le marché pétrolier connaît un déficit substantiel, quoique sous-apprécié, les stocks régressant rapidement vers des niveaux normalisés à long terme. Alors que les cours de la plupart des produits de base ont tendance à évoluer en fonction des stocks (stocks en baisse, cours en hausse), les cours pétroliers semblent ralentis par d’autres facteurs. Nous soupçonnons que la croissance de la volatilité du revenu, la discipline de l’OPEP ainsi que la croissance dans le secteur du pétrole de schiste expliquent en grande partie cette rupture dans la relation entre ces divers facteurs. Nous n’anticipons pas cependant que la croissance de la volatilité du revenu, la discipline de l’OPEP ni la croissance dans le secteur du pétrole de schiste seront suffisamment importantes au point de modifier le rééquilibrage de l’offre en cours. Ceci étant, nous estimons que le marché attendra que les stocks pétroliers atteignent des niveaux moins élevés que d’habitude avant de réagir avec un raffermissement des cours, ce qui se produira sans doute au cours des prochains trimestres.
  • Les marchés des métaux secondaires, en particulier le lithium et le cobalt, continuent de bénéficier de l’acceptation sociale généralisée de la transition du parc automobile mondial vers les véhicules électriques à batterie. Nos placements modestes dans des titres du secteur du lithium ont notamment profité de cette tendance au cours du trimestre. L’équipe continuera à rechercher d’autres occasions d’investissement dans la filière des véhicules électriques correspondant à leurs critères de placement rigoureux. Par ailleurs, le cuivre paraît bien placé pour tirer profit de la nécessité de renforcer les réseaux de distribution d’électricité et de prendre en compte l’électrification anticipée des transports.
  • Alors que l’économie mondiale ne montre aucun signe de surchauffe et que l’offre de matières premières demeure essentiellement limitée, un rééquilibrage est bien amorcé. Les gestionnaires de portefeuille continuent donc à s’attendre à ce que les cours des produits de base demeurent à des niveaux au-dessus de ceux de mi-cycle au cours des prochains trimestres, un environnement soutenant des rendements au-delà de la moyenne des titres du secteur des ressources.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les taux de rendement indiqués correspondent au rendement annuel composé historique total au 30 septembre 2017 et tiennent compte des variations de la valeur unitaire et du réinvestissement de toutes les distributions, exclusion faite des frais d’acquisition, frais de rachat, frais de distribution, autres frais accessoires ou impôts sur le revenu payables par tout investisseur et qui auraient réduit le rendement. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire.

Le rendement de l’indice ne tient pas compte de l’incidence des frais, commissions et charges payables par les investisseurs dans des produits de placement qui cherchent à reproduire un indice.

Dans la mesure où le fonds a recours à une couverture de risque de change, le rendement est exprimé dans la devise du pays étranger et la couverture procurera au fonds des rendements qui correspondent approximativement à ceux obtenus par un investisseur à l'étranger qui effectue des placements dans sa devise locale.

Ce document renferme des renseignements prospectifs fondés sur des prévisions d’événements futurs au 30 septembre 2017. Nous ne mettrons pas nécessairement à jour ces renseignements en fonction de changements parvenus après cette date. Les risques et incertitudes peuvent souvent amener les résultats réels à différer de manière importante des renseignements prospectifs ou des attentes. Parmi ces risques, notons, entre autres, des changements ou la volatilité dans les conditions économiques et politiques, les marchés des valeurs mobilières, les taux d’intérêt et de change, la concurrence, les marchés boursiers, la technologie, la loi ou lorsque des événements catastrophiques surviennent. Ne vous fiez pas indûment aux renseignements prospectifs. Par ailleurs, toute déclaration à l'égard de sociétés ne constitue pas une promotion ou une recommandation d'achat ou de vente d'un titre quelconque.

Le contenu de ce commentaire (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation.

Le taux de rendement est utilisé uniquement pour illustrer les effets du taux de croissance composé et non pour refléter les valeurs futures du fonds commun de placement ou les rendements d’un placement dans le fonds commun de placement.