Commentaire 3T 2018 – Équipe des ressources Mackenzie | Placements Mackenzie

Commentaire 3T 2018

Équipe des ressources Mackenzie

Faits saillants

  • Tandis que les marchés boursiers américains poursuivent leur trajectoire à la hausse presque linéaire, les marchés émergents et le secteur des ressources ont connu un repli important pendant le troisième trimestre de 2018.
  • Les indicateurs avancés de la croissance économique mondiale continuent d’indiquer un momentum économique en ralentissement, mais tout de même soutenu.
  • Les actions des ressources se négocient à des multiples de valorisation faibles. Si la croissance économique se maintient et que les taux d’intérêt conservent leur trajectoire d’augmentation contenue, nous observons une occasion pour les actions de valeur, dont les ressources, de surperformer par rapport aux actions de croissance qui sont en général plus sensibles aux taux d’intérêt.

Tour d’horizon du marché

  • Tandis que les marchés boursiers américains poursuivent leur trajectoire à la hausse presque linéaire, les marchés émergents et le secteur des ressources ont connu un repli important pendant le troisième trimestre de 2018. Les indicateurs de croissance aux États-Unis ont accéléré, ce qui a entraîné des attentes de plus en plus élevées de mesures futures dynamiques par la Réserve fédérale américaine, qui entraîneront les rendements obligataires et le dollar américain en hausse. Un dollar plus fort, combiné aux préoccupations relatives aux répercussions des tarifs commerciaux ont entraîné une correction substantielle des actions des marchés émergents. Tandis que les actions des ressources ont connu des baisses semblables, les indicateurs physiques des marchés du pétrole, du cuivre, de l’aluminium et de l’acier ont suggéré une vigueur continue dans la demande physique.
  • De nombreux modèles économiques courants suggèrent que les tarifs commerciaux ralentiront le potentiel de croissance. Nous réservons notre jugement pour plus tard, car les barrières commerciales augmentent pour la première fois en 30 ans et les modèles économiques n’ont pas encore été construits pour tenir compte de ces changements. Nous soupçonnons qu’il existe des variables pour compenser la situation. En particulier, nous continuons de penser que la croissance des salaires dans la moitié inférieure de la société pourrait avoir un effet important sur les multiplicateurs économiques. Le travailleur américain moyen n’a connu aucune croissance réelle de son salaire en 40 ans. La plus grande partie de la rente économique est passée aux travailleurs dans les marchés émergents. Nous croyons que rapatrier les opérations aura des effets positifs, mais actuellement inconnus, sur la croissance des salaires et du marché développé.
  • Les indicateurs avancés de la croissance économique mondiale continuent d’indiquer un momentum économique en ralentissement, quoique toujours soutenu. La divergence s’élargit toutefois, avec les États-Unis produisant un rendement supérieur, et les marchés émergents (particulièrement la Chine), présentant un rendement actuel inférieure à la tendance. Même si la croissance des bénéfices reste solide, les multiples d’évaluation s’ajustent à la réalité de taux d’intérêt en hausse, qui continuent d’être nécessaire aux États-Unis pour gérer le taux de croissance avancé.
  • Jusqu’à ce que des signes d’un ralentissement économique mondial généralisé apparaissent, nous croyons que les investisseurs devraient être prêts pour le scénario le plus probable d’une expansion économique continue. Nous avons déjà énuméré les cinq signaux économiques à surveiller de près pour des signes indicateurs d’un ralentissement soutenu : plafonnement des dépenses d’immobilisation, accélération de la croissance des salaires à plus de 4 %, forte accélération de l’inflation, inversion de la courbe de rendement, et plafonnement des ventes de maisons et de voitures. De ces cinq signaux, quatre continuent fermement de signaler une croissance. Le cinquième, le plafonnement des ventes de maisons et de voitures, a récemment affiché une certaine modération. Ainsi, même si le portefeuille est positionné en prévision d’une volatilité accrue, les indicateurs actuels suggèrent que nous restons en ce que nous appelons la saison « d’automne » de l’investissement; ce qui signifie une croissance de fin de cycle pendant laquelle les actions des ressources ont par le passé offert un rendement supérieur à celui du marché élargi.
  • Les actions des ressources se négocient à des multiples de valorisation faibles. Si la croissance économique se maintient et que les taux d’intérêt conservent leur trajectoire d’augmentation contenue, nous observons une occasion pour les actions de valeur, dont les ressources, de surperformer par rapport aux actions de croissance qui sont en général plus sensibles aux taux d’intérêt.
  • Les rendements du secteur des produits de base ont été mitigés pendant le trimestre, car le pétrole et le gaz ont produit des rendements positifs, tandis que les rendements du secteur des matériaux ont été en général négatifs.
  • Nous continuons de voir une demande de pétrole mondiale solide à l’avenir, tandis que nous entrons dans le trimestre traditionnellement le plus fort de l’année pour ce qui est de la croissance de la demande et nous estimons que les prix du pétrole seront bien soutenus cet hiver. Les actions pétrolières restent largement en territoire de valeur fondamentale avec les prix du pétrole qui se maintiennent dans une fourchette de 70 $ le baril. Les sociétés individuelles doivent maintenant exécuter leurs plans d’affaires en grandissant et en dépensant selon leurs moyens, pour soutenir une nouvelle cotation des cours de leurs actions.
  • Les différentiels de prix du pétrole élevés pèsent sur les producteurs de pétrole canadiens. Les différentiels devraient rester élevés jusqu’à ce qu’un ou plusieurs des oléoducs annoncés deviennent fonctionnels (soit la Ligne 3, Keystone XL ou TMX). L’entrée en service de la Ligne 3 d’Enbridge d’Edmonton aux États-Unis prévue pour la fin de 2019 devrait offrir une certaine aide, tout comme plus de contrats de transport du pétrole brut par chemins de fer.
  • Les matériaux étaient en baisse pendant le trimestre en raison des préoccupations liées au commerce entre les États-Unis et la Chine et du ralentissement de la croissance économique en Chine entraînée par le resserrement des normes liées au financement et à l’environnement. Les produits non échangés s’en sont nettement mieux tirés et les indicateurs du marché au comptant sont restés constructifs, ce qui pointe vers un affaiblissement de la confiance des consommateurs, plutôt que de la confiance dans les flux commerciaux, touchant les prix des métaux (p. ex. cuivre, aluminium) et des matériaux de construction (p. ex. bois d’œuvre).
  • L’or a continué de subir de la pression pendant le trimestre en raison de la hausse des taux d’intérêt réels (rendements des bons du Trésor moins inflation). Toutefois, avec des indicateurs avancés de pressions sur l’inflation et une Réserve fédérale qui se fiera aux données pour déterminer les hausses de taux futures, nous pourrions nous rapprocher d’un sommet cyclique de taux d’intérêt réels. Le positionnement du marché aurifère institutionnel est dans la partie à court terme extrême de la gamme, et toute indication que les taux d’intérêt réels ont atteint un sommet pour le présent cycle économique pourrait fournir un indicateur très positif pour l’or. En combinaison avec un environnement macro-politique de plus en plus incertain, nous continuons de plaider en faveur de l’or et des actions aurifères en tant que complément d’assurance de risque pour les portefeuilles.

Perspectives et stratégie

  • Les indicateurs avancés de la croissance économique mondiale continuent d’indiquer un momentum économique en ralentissement, mais tout de même soutenu. La divergence s’élargit toutefois, avec les États-Unis produisant un rendement supérieur, et les marchés émergents (particulièrement la Chine), présentant un rendement actuel inférieure à la tendance. Même si la croissance des bénéfices reste tout de même solide, les multiples de valorisation s’ajustent à la réalité des taux d’intérêt en hausse, qui continuent d’être nécessaires aux États-Unis pour gérer le taux de croissance future. Avant les corrections récentes du marché, les actions des ressources se négociaient à des multiples de valorisation faibles. Ainsi, ces actions pourraient être moins exposées à une volatilité continue comparativement aux corrections de marchés précédentes. Le positionnement de portefeuille dans les Portefeuilles de ressources Mackenzie favorise l’énergie par rapport aux matériaux, car les données fondamentales d’offre et de demande dans l’énergie semblent relativement plus attrayantes, et les matériaux dépendent plus de la Chine. L’équipe des ressources Mackenzie a réduit l’exposition à la volatilité et est généralement surpondérée dans les métaux précieux, qui remplissent bien leur rôle historique « d’assurance de portefeuille ». Cette position de portefeuille devrait atténuer la volatilité actuelle des marchés, qui, selon les gestionnaires de portefeuille, pourraient offrir des occasions de fin de cycle dans les ressources, tant que le momentun de croissance économique sous-jacent est maintenu.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les taux de rendement indiqués correspondent au rendement annuel composé historique total au 30 septembre 2018 et tiennent compte des variations de la valeur unitaire et du réinvestissement de toutes les distributions, exclusion faite des frais d’acquisition, frais de rachat, frais de distribution, autres frais accessoires ou impôts sur le revenu payables par tout investisseur et qui auraient réduit le rendement. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire.

Le rendement de l’indice ne tient pas compte de l’incidence des frais, commissions et charges payables par les investisseurs dans des produits de placement qui cherchent à reproduire un indice.

Ce document renferme des renseignements prospectifs fondés sur des prévisions d’événements futurs au 30 septembre 2018. Nous ne mettrons pas nécessairement à jour ces renseignements en fonction de changements parvenus après cette date. Les risques et incertitudes peuvent souvent amener les résultats réels à différer de manière importante des renseignements prospectifs ou des attentes. Parmi ces risques, notons, entre autres, des changements ou la volatilité dans les conditions économiques et politiques, les marchés des valeurs mobilières, les taux d’intérêt et de change, la concurrence, les marchés boursiers, la technologie, la loi ou lorsque des événements catastrophiques surviennent. Ne vous fiez pas indûment aux renseignements prospectifs. Par ailleurs, toute déclaration à l’égard de sociétés ne constitue pas une promotion ou une recommandation d’achat ou de vente d’un titre quelconque.

Le contenu de ce commentaire (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation.