Avez-vous une assurance? | Placements Mackenzie

Info-flash sur le marché

Avez-vous une assurance?

Benoît Gervais, vice-président principal et gestionnaire de portefeuille, équipe des ressources Mackenzie et Onno Rutten, vice-président et gestionnaire de portefeuille, équipe des ressources Mackenzie



Benoit Gervais
Chef de l'équipe des ressources Mackenzie

Onno Rutten
Gestionnaire de portefeuille

L’ordre politique d’un des plus importants marchés mondiaux, à savoir l’Europe, a changé suite au vote sur le Brexit. Immédiatement, cela s’est traduit par un mouvement vers les devises refuges, ce qui a entravé le flux régulier des capitaux mondiaux. Plus important encore du point de vue des investisseurs : la perception de risques extrêmes liés aux marchés mondiaux et à la croissance économique mondiale. Exprimé sous la forme la plus simple, le Brexit et l’incertitude découlant d’un long processus de divorce entre le Royaume-Uni et l’Europe pourraient affaiblir l’économie européenne. Les investisseurs n’hésiteront probablement pas à rapidement extrapoler les risques politiques car le Brexit pourrait faire boule de neige et semer l'incertitude politique dans l’ensemble du continent, et notamment dans des pays clés de l’Union européenne (France, Pays-Bas, Italie et Allemagne).

Les grands investisseurs se demandent maintenant quelles sont leurs meilleures options. En réalité, ils en ont bien moins. Les rendements obligataires frôlent toujours zéro, voire moins. La stabilité de nombreuses devises, dont l’euro ou le yuan, est remise en question, ce qui incite les investisseurs à se tourner vers des catégories d’actifs alternatifs. Comme nous l’avons soutenu par le passé, l’or continue à offrir une assurance contre les événements de risque extrême, comme en témoigne sa surperformance par rapport à la plupart des catégories d’actif lors de la crise financière de 2008 et de la crise grecque de 2011. Un portefeuille dont la pondération en or est de 5 à 10 % a historiquement dégagé de meilleurs rendements et déplace la frontière efficace vers le haut et vers la gauche. Nous sommes conscients du fait que l’or et les actions aurifères ont réalisé des rendements solides depuis le début de l’année grâce aux politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales des États-Unis, d’Europe et du Japon, mais les risques extrêmes ont augmenté suite au résultat surprenant du référendum sur le Brexit. Autrement dit, le coût de l’assurance (l’or) a augmenté de 4 à 6 % depuis le Brexit, mais il est néanmoins difficile de dire que le pire est derrière nous. Ainsi, nous continuons de prôner une allocation adéquate à l’or, à titre d’assurance.

Pour ce qui est des autres produits de base, la demande de pétrole, d’acier et de cuivre n’est pas directement touchée par le Brexit car l’économie britannique n’est pas suffisamment importante pour influer sur la demande mondiale. Néanmoins, le renforcement relatif du dollar américain est d’ordinaire symptomatique d’un éventuel déséquilibre économique mondial, ce qui se manifeste par une baisse de prix des produits de base. À terme, les effets à plus long terme dépendront de la résilience des consommateurs européens et des investissements d’immobilisation.

Les marchés pétroliers ont immédiatement escompté la vigueur du dollar américain suite au Brexit. Une faiblesse économique potentielle en Europe pourrait engendrer des fluctuations dans la demande locale de pétrole mais l’impact devrait être minime puisque l’Europe, Royaume-Uni compris, ne compte que pour environ 15 % de la demande mondiale et que l’on ne s’attendait déjà pas à ce qu’elle contribue à la demande mondiale de pétrole en 2016.

À long terme, l'instabilité politique en Europe pourrait avoir comme conséquences une redéfinition radicale des relations économiques et politiques et un éventuel abandon de la monnaie unique, l’euro. Une plus grande liberté monétaire et budgétaire pourrait permettre à l’Europe de mettre fin à la croissance anémique de la dernière décennie, pour autant que les principes fondamentaux de la zone de libre-échange soit respectés. Ainsi, tout comme un dollar canadien plus faible favorisera éventuellement les secteurs manufacturier et de l’exportation, une livre sterling plus faible, et des accords commerciaux conciliants, pourraient favoriser la croissance.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire. Le contenu de ce commentaire (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation.

Ce document renferme des renseignements prospectifs fondés sur des prévisions d’événements futurs au 27 juin 2016. Corporation Financière Mackenzie ne mettra pas nécessairement à jour ces renseignements en fonction de changements parvenus après cette date. Les énoncés prospectifs ne garantissent en rien les rendements futurs, et les risques et incertitudes peuvent souvent amener les résultats réels à différer de manière importante des renseignements prospectifs ou des attentes. Parmi ces risques, notons, entre autres, des changements ou la volatilité dans les conditions économiques et politiques, les marchés des valeurs mobilières, les taux d’intérêt et de change, la concurrence, les marchés boursiers, la technologie, la loi ou lorsque des événements catastrophiques surviennent. Ne vous fiez pas indûment aux renseignements prospectifs. Par ailleurs, toute déclaration à l'égard de sociétés ne constitue pas une promotion ou une recommandation d'achat ou de vente d'un titre quelconque.