La Minute Mackenzie : 24 novembre 2017 | Placements Mackenzie

Vidéos de gestionnaires

La Minute Mackenzie : le 24 novembre 2017

Benoît Gervais, chef de l’équipe des ressources Mackenzie, affirme que les ressources sont en bonne position pour réaliser une surperformance dans un contexte d’expansion économique de plus en plus répandue au niveau mondial.

Afficher la transcription

BENOIT GERVAIS : Alors l’expansion économique se poursuit à travers le monde avec la plupart des pays émergents maintenant se joignant à l’expansion économique. Plus spécifiquement pour les ressources naturelles, on voit le prix des commodités à la hausse, avec une baisse des inventaires assez importante à travers toutes les commodités, particulièrement le cuivre et le pétrole maintenant qui se transigent à des niveaux de mi-cycle ou au-dessus de mi-cycle. On croit que la tendance se continue dans l’année 2018.

Bien d’entre nous aujourd’hui se demandent combien de temps encore a ce cycle économique. C’est probablement une des questions les plus fréquentes qu’on reçoit ici. Alors j’aimerais rappeler à tous mes clients qu’un cycle économique ne se termine pas de sa vieillesse mais plutôt de surchauffement. Plusieurs conditions doivent être présentes afin de s’attendre à une fin de cycle économique, plus spécifiquement : une accélération des salaires, une accélération des dépenses en capitaux, une accélération de l’inflation, des ventes immobilières et automobiles qui plafonnent et finalement, une inversion de la courbe de rendement. Aucunes de ces conditions ne sont présentes aujourd’hui, ce qui nous laisse croire qu’il y a encore au moins 12 à 18 mois au cycle économique actuel.

Pour les ressources naturelles plus particulièrement, tout et aussi longtemps que le cycle économique est bien ancré, on s’attend à une demande elle aussi bien ancrée. Quant à l’offre, elle demeure anémique et c’est le résultat de plusieurs années de sous-investissements dans le secteur. Or, c’est une combinaison idéale pour voir une surperformance de la part des ressources, des prix à la hausse en 2018 et une surperformance du secteur comparativement au reste du marché boursier.