Ne soyez pas surpris par l’inflation

Prerna Chandak, MBA

Vice-présidente, Produits et stratégie liés aux FNB

Eri Gjoka

Directeur principal, FNB

Alors que plusieurs économistes prédisent une augmentation de l’inflation sur 12 mois, selon le consensus, l’inflation à long terme demeurera modérée et n’excédera pas de manière continue la cible à long terme de 2 %. Toutefois, les marchés pourraient sous-estimer le potentiel d’une inflation surprise et les risques de hausse d’une inflation soutenue à long terme découlant d’une reprise économique plus rapide que prévu et d’autres changements structurels. 

Les ventes au détail récentes laissent déjà entendre une augmentation surprise de l’inflation, surpassant les attentes de manière importante et maintenant supérieures aux tendances antérieures à la COVID-19. En outre, un débat enflammé a lieu entre les économistes et les législateurs quant à l’incidence inflationniste du plan de sauvetage en temps de pandémie de 1,9 billion $ du président Biden. 

Larry Summers, secrétaire du Trésor pendant la présidence antérieure de M. Clinton et conseiller économique principal de l’ancien président Obama, soutient que le plan de relance proposé de 1,9 billion $ est de beaucoup supérieur au résultat projeté de 420 milliards $ en 2021. Ceci, combiné aux autres mesures de relance de 3 billions $ de 2020 et aux épargnes des ménages se situant à des niveaux record, pourrait provoquer une surchauffe de l’économie et se traduire par une inflation beaucoup plus élevée que prévu. 

De plus, le récent changement de politique de la Réserve fédérale américaine envers une cible d’inflation moyenne pourrait être le facteur contribuant le plus à l’inflation à long terme. Comme l’économiste lauréat d’un prix Nobel Thomas Sargen l’a souligné dans son article de 1982 intitulé The Ends of Four Big Inflations, les périodes antérieures d’inflation soutenue à long terme ont été stimulées par des niveaux de déficit budgétaire financé par emprunt record et la volonté des banques centrales de permettre à l’inflation de progresser. 

Selon l’Institute of International Finance, les gouvernements mondiaux ont emprunté 19,5 billions $ en 2020 afin de financer les efforts de lutte contre la COVID-19. L’augmentation des coûts de production induite par les perturbations au sein des chaînes d’approvisionnement et la démondialisation peut également contribuer à des changements structurels à long terme et aux pressions inflationnistes. 

Partout dans le monde, les gouvernements poussent les entreprises à relocaliser leur production de biens stratégiques (masques, médicaments, puces informatiques) dans leur pays d’origine, ce qui se traduira par une hausse des coûts de la main-d’œuvre et des prix en général. La perturbation du trio « technologie, commerce et titans » ayant été au cœur des tendances déflationnistes au cours des 30 dernières années au moyen d’importations peu coûteuses, de progrès technologiques et de coûts de main-d’œuvre peu élevés pourrait également provoquer un changement drastique de la dynamique d’inflation à long terme. 

Ces facteurs, combinés aux contraintes des banques centrales envers une hausse des taux d’intérêt dans un contexte d’endettement élevé et en progression, pourraient soulever des doutes quant à la crédibilité des cibles inflationnistes et la capacité des banques centrales de fixer les attentes en matière d’inflation. L’inflation est un indicateur à retardement, et il est donc important que les investisseurs ne soient pas pris de court par une sous-estimation du potentiel d’une inflation à plus long terme. Ils devraient intégrer des couvertures de l’inflation dans leurs portefeuilles en prévision du monde postérieur à la COVID-19. 

L’inflation à long terme pourrait également avoir une incidence importante sur la capacité des investisseurs à combler leurs besoins futurs en matière de flux de trésorerie et de retraite, raison pour laquelle les gestionnaires de caisses de retraite indexent leurs obligations à l’inflation. Il serait sage pour les investisseurs individuels d’adopter une approche semblable et de bâtir une police d’assurance contre l’inflation actuelle et attendue. 

Les titres du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS) constituent un excellent outil de couverture de ce risque. Les TIPS sont des bons du Trésor du gouvernement américain indexés à l’inflation visant à protéger les investisseurs contre un recul possible du pouvoir d’achat de leur argent. Ils offrent les avantages de la diversification en raison de leur volatilité moins élevée et d’une meilleure stabilité des prix comparativement aux obligations à rendement nominal (traditionnelles). Vous pouvez en lire plus à ce sujet ici. 

Apprenez-en davantage sur la manière d’utiliser le FINB TIPS américains Mackenzie (le premier FINB TIPS établi au Canada) afin de vous protéger contre l’inflation. Conseillers : parlez à votre équipe des ventes de Mackenzie. Investisseurs : parlez à votre conseiller.

FNB novateurs

Blogue de perspectives sur les FNB