Skip Navigation

Première partie : Bilan de 2020 : une année de volatilité…et de croissance

Première partie : Bilan de 2020 : une année de volatilité…et de croissance

Michael Cooke, Vice-président principal

Chef des fonds négociés en bourse

Les événements de l’année dernière ont ébranlé quasiment tous les aspects de nos vies et le secteur des services financiers ne fait pas exception. La volatilité que nous avons observée l’année dernière s’est transformée en facteur de croissance pour les FNB. Un certain nombre de marchés mondiaux ont chuté en février et en mars, pour ensuite augmenter de plus de 55 % pendant le reste de l’année. Au début de la pandémie, si vous aviez demandé aux investisseurs s’ils pensaient que les marchés seraient positifs au 31 décembre, peu d’entre eux auraient cru en cette possibilité. Entre janvier et novembre, un montant record de 41 milliards de dollars a été versé dans le secteur, pulvérisant en sept mois le record de l’année précédente. Même si ce montant est très élevé, je n’ai pas du tout été surpris de voir une augmentation des entrées de capitaux l’an dernier. L’étude de l’histoire du secteur des FNB nous apprend que les périodes de volatilité accrue ont accéléré la demande parce que les gens en voient le besoin et la pertinence.

Il est intéressant de souligner que les entrées de fonds dans les FNB n’ont pas eu lieu au détriment des ventes nettes de fonds communs de placement. Les gens ont plutôt délaissé les actions et les obligations individuelles pour se tourner vers les FNB. Ces derniers ont été favorisés en 2020 parce qu’ils offrent liquidité et transparence, ainsi que de faibles frais. La force des FNB réside dans le fait que leur valeur est dérivée des actifs sous-jacents qu’ils détiennent. Tant que ses actifs sous-jacents se négocient sur des bourses offrant une liquidité raisonnable, la négociation des FNB devrait pouvoir être effectuée avec une efficience équivalente. Même si certaines catégories d’actifs ont connu des perturbations de liquidité, comme les bons du Trésor et les obligations de première qualité, la facilité de négociation et le faible coût de transaction ont tout de même généré un volume de transactions important.

Les chiffres sont le reflet de cette croissance. En 2020, plus de 115 nouveaux FNB ont fait leur entrée sur le marché rien qu’au Canada, ce qui porte à 1 010 le nombre de FNB offerts au pays. Même si 39 sociétés proposent maintenant des FNB, seuls 10 émetteurs représentent 93 % de l’actif sous gestion qui s’élevait à 257 milliards de dollars en 2020, une hausse par rapport à 192 milliards de dollars en 2019. Une année mémorable pour bien des raisons, mais pour le secteur des FNB, elle a été positive.

Restez à l’écoute pour la deuxième partie de ce blogue. Nous discuterons de ce que nous avons appris du bilan de l’année et dévoilerons les tendances des FNB pour l’année à venir.  

Innovative ETFs

ETF Insights Blog