Équilibre entre dépenses et épargne

Peu importe l’étape de la vie que vous traversez, vous ne savez sans doute plus où donner de la tête pour faire face à vos frais. Qu’il s’agisse de rembourser une dette, d’économiser pour l’achat d’un logement, de financer les études d’un enfant ou d’entreprendre des rénovations résidentielles, il y a toujours une autre dépense qui vous attend.

Cependant, même si vous croyez qu’il ne vous reste plus un sou, il existe des moyens simples d’épargner pour l’avenir et, en particulier, pour votre retraite.

Ce guide vise à fournir un aperçu des régimes enregistrés d’épargne‑retraite (REER). Il présente les nombreux avantages que comportent ces régimes, notamment des avantages fiscaux, une vaste gamme d’options de placement et, surtout, l’assurance que vous aurez un revenu suffisant pour jouir d’une retraite confortable.

Avec l’aide de votre conseiller, vous vous garantirez la tranquillité d’esprit lorsque vous choisirez des placements enregistrés comme pierre angulaire de votre stratégie de placement à long terme. Votre conseiller peut vous recommander des placements qui permettront à votre REER de croître en parallèle avec vos besoins, tout en tenant compte de votre tolérance au risque.

REER

Il y a plus de 50 ans, le gouvernement fédéral a introduit le REER afin d’inciter les Canadiennes et Canadiens à planifier et à épargner en vue de leur retraite plutôt que de compter uniquement sur les régimes de pensions de l’État.

Le REER a évolué au cours des 50 dernières années, proposant aux investisseurs de plus en plus d’incitatifs pour épargner en vue de la retraite.

Fondamentalement, les placements au sein d’un REER croissent avec report de l’imposition, ce qui signifie que vous ne payez pas immédiatement d’impôt. Les intérêts, gains en capital et dividendes obtenus fructifient en franchise d’impôt. L’argent n’est imposé – en tant que revenu ordinaire – que lorsqu’il est retiré du régime. De plus, vous pouvez déduire de votre revenu annuel imposable chaque dollar que vous versez dans votre REER.

Un moyen efficace d’épargner pour la retraite

Le REER ménage de bonnes possibilités d’épargne aux Canadiennes et Canadiens, et les investisseurs le perçoivent généralement comme le meilleur moyen d’épargner pour la retraite.

Les régimes de pensions de l’État – Sécurité de la vieillesse et Régime de pensions du Canada/Régime de rentes du Québec – rapportent ensemble au maximum 19 956 $ par an aux particuliers de 65 ans ou plus.1

À moins que vous ne participiez à un régime extrêmement généreux, un régime de retraite d’entreprise à lui seul ne pourra satisfaire vos besoins en matière de revenu tout au long de la retraite.

Principaux avantages d’un REER

  • Les placements fructifient en franchise d’impôt aussi longtemps qu’ils demeurent dans le régime.
  • Vous pouvez choisir vos placements parmi une vaste gamme d’options.
  • Les cotisations sont déductibles du revenu.

Foire aux questions

Le délai est de 60 jours après la fin de l’année. Si la date limite tombe une fin de semaine, l’ARC peut la reporter au lundi suivant.

Vous pouvez y verser jusqu’à 18 % de votre revenu gagné, jusqu’à concurrence de 25 370 $ pour l’année d’imposition 2016 (moins le facteur d’équivalence de votre régime de retraite d’entreprise) en sus de tous droits de cotisation inutilisés reportés d’annés antérieures.

Vos droits de cotisation pour l’année en cours figurent sur votre avis de cotisation envoyé par l’ARC. Pour vérifier, appelez l’ARC au 1-800-267-6999.

Le revenu gagné comprend les salaires, le revenu d’un travail indépendant, les allocations d’entretien ou pensions alimentaires imposables et le revenu de location net. Sont exclus les revenus de pension et de placement. Communiquez avec votre conseiller pour connaître les autres types de revenus admissibles.

Si vous ne versez pas le maximum auquel vous avez droit, vous pouvez reporter les droits de cotisation inutilisés indéfiniment. Vos droits de cotisation au REER inutilisés figureront sur votre avis de cotisation.

Dès qu’elles dépassent 2 000 $, les cotisations excédentaires sont assujetties à une pénalité fiscale mensuelle de 1 % jusqu’à leur retrait ou à l’acquisition de nouveaux droits de cotisation suffisants.

Vous pouvez détenir des fonds communs de placement, des actions, des obligations, des liquidités et une variété d’autres placements dans votre régime enregistré. Communiquez avec votre conseiller afin de vous assurer de ne pas détenir des placements interdits.2

Le budget fédéral de 2005 a éliminé le plafond en biens étrangers pour les régimes de retraite à imposition différée. Vous n’êtes plus tenu de ne pas dépasser 30 % de placements étrangers dans votre portefeuille.

Emprunter de l’argent pour investir peut être un moyen efficace de maximiser vos cotisations de REER. Une stratégie à envisager consiste à faire votre demande de prêt en décembre, reporter le financement en février (à temps pour respecter la date limite de cotisation), reporter votre premier remboursement à juillet et utiliser votre remboursement d’impôt (généralement reçu entre avril et juin) pour réduire le solde du prêt. Consultez votre conseiller pour savoir s’il s’agit d’une bonne stratégie de placement pour vous.

Normalement, c’est celui qui gagne le plus qui effectue les cotisations au nom de son conjoint. Le cotisant profite de la déduction fiscale des cotisations et les retraits sont imposables entre les mains du conjoint qui gagne le moins (à condition que les cotisations soient restées dans le régime pendant au moins trois ans).

Vous pouvez puiser dans votre REER, mais vos retraits seront inclus dans vos revenus à titre de revenu ordinaire intégralement imposable. Vos retraits seront soumis à des retenues d’impôt à la source (remarque : des restrictions sur les retraits s’appliquent pour les REER immobilisés.) Vous pourriez aussi devoir payer un impôt additionnel sur le retrait lorsque vous produisez votre déclaration de revenus pour l’année, si les retenues n’étaient pas suffisantes.

Le gouvernement offre deux programmes vous permettant de retirer de l’argent de votre REER sans devoir payer d’impôt, à condition de reconstituer votre épargne. Le Régime d’accession à la propriété (RAP) permet de retirer jusqu’à 25 000 $ pour l’achat d’un premier logement. Le Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) permet à un étudiant (ou à son conjoint) de retirer 10 000 $ par année, jusqu’à concurrence de 20 000 $, pour financer des études ou une formation de recyclage à temps plein. Les retraits en vertu du RAP doivent être remboursés sur une période de 15 ans et ceux du REEP, sur 10 ans.

Généralement, non. Les institutions financières sont tenues par le gouvernement fédéral, dans la mesure du possible, de calculer les retenues d’impôt sur les retraits de REER sur une base cumulative. Si vous procédez à cinq retraits de 5 000 $ ou moins, chaque retrait peut être assujetti à une retenue d’impôt progressive jusqu’à un maximum de 30 % (31 % pour les résidents du Québec).

Vous devez résilier votre REER avant la fin de l’année de vos 71 ans, habituellement en en transférant les avoirs dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Vous pouvez d’ailleurs le faire en tout temps.

N’attendez pas que votre institution financière vous dise qu’il est temps de convertir votre REER. Si vous ne choisissez pas de FERR ou de rente avant la fin de l’année de vos 71 ans, l’institution financière qui détient votre REER pourrait le liquider et vous en envoyer le produit, diminué de la retenue d’impôt exigible. Dans un tel cas, la valeur totale de votre REER serait ajoutée à votre revenu pour l’année en question. Il ne tient qu’à vous et à votre conseiller d’éviter une facture fiscale importante à la fin de l’année.

1. Source : Service Canada. Chiffres de 2016
2. Un placement interdit comprend généralement les créances du rentier (autres que certains prêts hypothécaires assurés) et les placements dans des entités dans lesquelles vous ou une personne apparentée détenez une participation notable (généralement 10 % ou plus), ou avec lesquelles vous avez un lien de dépendance. Une pénalité équivalente à 50 % de la juste valeur marchande du placement sera appliquée à l’acquisition d’un placement interdit (ou au moment où un placement devient interdit, selon le cas). Cette pénalité vous sera remboursée si vous liquidez le placement avant la fin de l’année qui suit l’année au cours de laquelle il a été acquis ou est devenu interdit.
3. Emprunter de l’argent pour financer l’achat de titres implique de plus grands risques que leur acquisition avec de l’argent comptant. Si vous empruntez de l’argent pour acheter des titres, vous êtes tenu de rembourser le prêt et de payer les intérêts comme convenu, même si les titres achetés perdent de leur valeur.

Pour en savoir plus

Pour tout complément d'information sur les placements de REER chez Placements Mackenzie, veuillez contacter votre conseiller.