La Minute Mackenzie : 31 mars 2017 | Placements Mackenzie

Opinions de gestionnaires

La Minute Mackenzie : 31 mars 2017

Jonathan Norwood, gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Mackenzie Cundill, discute des récents événements sur les marchés et de leur effet possible sur les titres de valeur.

Afficher la transcription

JONATHAN NORWOOD : Nous avons pu constater que le style de valeur a pris une pause en termes de surperformance par rapport à la croissance et aux titres à faible volatilité. À notre avis, cela est principalement attribuable à la chute des produits de base. Nous pensons que l’incapacité des républicains à faire adopter la réforme du système des soins de santé – et à tout dire, nous croyons que certaines prises de bénéfices ont eu lieu dans le segment des placements de valeur, tout comme nous croyons que certains événements qui auront lieu outre-Atlantique au courant de l’année causent aujourd’hui quelques remous sur les marchés.

Nous suivons évidemment de près le Brexit, mais aussi les élections en Europe. Nous sommes attentifs aux données économiques aux États-Unis, à l’inflation et à l’opinion de la Fed. Nous surveillons également de très près la capacité de l’administration républicaine à parvenir à un consensus avec le Congrès, à réaliser ses divers agendas aux chapitres de la fiscalité, de la déréglementation et de la relance, ce qui pourrait avoir des répercussions significatives sur le type de titres que nous détenons.

Le contexte est très favorable aux sélectionneurs d'actions. Je veux dire par là que les analyses fondamentales ascendantes portent fruit et que les titres réagissent en fonction de leurs données fondamentales plutôt qu’en réaction à des tendances sous-jacentes relatives aux politiques monétaires ou à l’assouplissement quantitatif. Il est clair que la faiblesse des taux d’intérêt a soulevé tous les bateaux et qu’elle a fait grimper toutes les catégories d’actif, et principalement les catégories d’actif à revenu fixe, À notre avis, les sélectionneurs d'actions seront dorénavant récompensés pour tout ce qu’ils font au niveau des titres individuels et nous croyons que les titres axés sur le rendement ne réussiront certainement pas aussi bien.