La Minute Mackenzie : Le 12 mai 2017 | Placements Mackenzie

Opinions de gestionnaires

La Minute Mackenzie : 12 mai 2017

Matt Moody, gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Mackenzie Ivy, aborde le faible taux de volatilité récent des marchés et les développements du côté des biens de consommation.

Afficher la transcription

MATT MOODY : Un des développements récents les plus intéressants est en fait un non-événement, soit l’absence de volatilité. La volatilité des marchés a été très, très faible cette année et la volatilité prévue dans le futur est aussi très faible. L’indice VIX de volatilité implicite, ou l’indice de la peur si vous préférez, a récemment atteint le niveau le plus bas depuis 23 ans. Chaque fois que quelque chose atteint le niveau le plus élevé ou le plus bas depuis plusieurs décennies, c’est intéressant de réfléchir à ce que ça peut signifier et, compte tenu du fait que le cours des actions est élevé à notre avis, ça devient quelque peu inquiétant.

Les investisseurs et les médias ont souvent tendance à se concentrer sur les facteurs tels les événements politiques comme les récentes élections en France, les déclarations des banques centrales dans le monde ou encore les bulletins économiques, ou autres choses du genre. Ces facteurs sont importants, mais nous ne pensons pas qu’il soit possible de prédire les résultats de ces événements ou leurs répercussions. Alors nous passons notre temps à nous inquiéter, à réfléchir aux entreprises individuelles et à ce qui arrive aux sociétés dans lesquelles nous effectuons des placements et à celles dans lesquelles nous aimerions investir, dans une optique ascendante.

Un des développements qui a eu une incidence dernièrement est la récente offre d’achat sur Unilever soumise par Kraft-Heinz il y a quelques mois. L’offre a été retirée mais en fin de compte, cela a attiré l’attention sur les nouveautés du côté des produits de consommation et c’est un créneau où le fonds est traditionnellement fortement exposé. Ce qui est arrivé dans les récentes années est que la croissance du marché a ralenti et que les entreprises ont réagi de diverses façons. Certaines ont procédé à des réductions budgétaires sévères tandis que d’autres recherchent la croissance par le biais de l’innovation, d’investissements dans le marketing, ce genre de choses. Les différences de stratégies sont plutôt intéressantes pour nous et les réactions des entreprises ont des répercussions sur ce que nous voyons comme des affaires de grande qualité dans ce créneau.