La Minute Mackenzie : 27 octobre 2017 | Placements Mackenzie

La Minute Mackenzie : 27 octobre 2017

La Minute Mackenzie : 27 octobre 2017

Paul Musson, chef de l’équipe Mackenzie Ivy, se penche sur les liens entre les mesures prises par les banques centrales, l’accumulation de la dette et le taux de croissance économique.

Afficher la transcription

PAUL MUSSON: Quelques développements se sont produits sur les marchés dernièrement. L’un d’eux est, bien sûr, la Catalogne. Un référendum a eu lieu et les participants ont voté massivement en faveur de la cession. Qu’est-ce que ça signifie pour les marchés, en termes d’incertitude? Qui sait? Il y a eu Brexit l’an dernier, et l’incertitude a duré à peu près un jour. L’autre développement concerne l’indice Nikkei au Japon qui a affiché un record pour seize (16) jours consécutifs. Selon nous, cela se produit parce que la Banque du Japon est le principal acheteur de FNB Nikkei. Elle en détient environ les trois quarts. Donc, si la Banque du Japon les achète, les prix vont grimper. Nous ne pensons pas que cela contribue à l’économie, au contraire, nous pensons que cela lui nuit, mais les prix montent.

Ce que nous gardons à l’œil, c’est ce que nous surveillons depuis les quelques dernières années, soit essentiellement, les banques centrales qui impriment de l’argent et l’accumulation de dette qui en découle, ainsi que les effets négatifs sur les facteurs économiques fondamentaux, ce qui entraîne un ralentissement de la croissance. C’est ce que nous voyons aujourd’hui aux États-Unis et dans le monde. On a beaucoup parlé du fait que le taux élevé de la dette dans divers pays mène au ralentissement de l’économie. Même la Réserve fédérale parle d’une croissance à long terme inférieure à 2 % et pourtant, ce sont des optimistes à tous crins.

Nous cherchons à faire fructifier le capital de nos clients tout au long du cycle de marché, avec les fluctuations que cela comporte. Le problème, c’est que personne ne sait quand un marché baissier va se produire, alors on essaie de trouver l’équilibre en profitant le plus possible du mouvement afin de rapprocher nos clients de leur objectif de retraite sans pour autant tout faire éclater en cas de nouvelle crise.