La Minute Mackenzie : 10 novembre 2017 | Placements Mackenzie

La Minute Mackenzie : 10 novembre 2017

La Minute Mackenzie : 10 novembre 2017

Jonathan Norwood, gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Mackenzie Cundill, aborde le problème dont personne n’ose parler pour ce qui est des marchés boursiers, surtout les marchés des États-Unis.

Afficher la transcription

JONATHAN NORWOOD: Au cours des deux derniers trimestres, deux styles ont dominé : la croissance et le momentum, et ils ont surclassé de loin la valeur. Les stratégies de valeur ont donné de très bons résultats jusqu’à la fin de l’année dernière, et vraiment jusqu’à la fin de février 2017. Et puis lorsque les activités de reflation ont commencé à s’atténuer aux États-Unis, les stratégies de valeur ont redonné pas mal de leur surperformance.

Tel que mentionné, les stratégies axées sur la valeur ont connu une contre-performance pour l’année à ce jour mais il reste tout de même deux mois à courir et nous sommes très optimistes quant à la façon dont nos portefeuilles sont positionnés. Nous entamons le quatrième trimestre avec une surpondération en titres des banques américaines et du secteur de l’énergie, du fait de notre processus ascendant, nous surpondérons les actions qui ont tendance à être davantage imposées aux États-Unis. Nous pensons que si l’administration Trump en arrive à une certaine réforme fiscale, cela bénéficiera considérablement notre positionnement.

Le problème dont personne n’ose parler est le fait qu’un nombre très limité de sociétés pousse le marché global à la hausse, surtout aux États-Unis. Lorsqu’on examine les valorisations de ces sociétés, on constate qu’elles se négocient dans certains cas à 200 fois leurs bénéfices. Ce qui est intéressant, si on se penche sur les achats d’initiés au sein de ces sociétés, que ce soit Facebook, Amazon, Netflix, Google ou Apple, c’est que personne n’achète d’actions, donc les initiés de ces organisations n’achètent pas leurs propres actions. En fait, Jeff Bezos, à la tête d’Amazon, a vendu pour près d’un milliard de dollars d’actions la semaine dernière. Le processus et les principes sont très importants pour nous et nous allons donc les suivre, indépendamment des valorisations du marché global et, en particulier, du très petit groupe de sociétés qui poussent ce marché à la hausse.